Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Association des Maîtres E de Paris
  • Association des Maîtres E de Paris
  • : Echanges et réflexions autour de l'identité professionnelle et autour des pratiques des enseignants spécialisés Option E
  • Contact

Rechercher

22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 18:25



F.N.A.R.E.N. Campagne nationale 2008

"Elèves en difficulté à l’école : le pédagogique c’est pas automatique"
Siège social : place du château 01370 Meillonnas E-mail : fnaren@fnaren.asso.fr
http://www.fnaren.asso.fr

FÉDÉRATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS
DES RÉÉDUCATEURS DE L’ÉDUCATION NATIONALE
RÉUNION PUBLIQUE DE LA FNAREN

En présence de son comité scientifique

Samedi 2 février 2008
14 h -17 h
Université Paris V

École de médecine, 45 rue des Saints Pères 75006 PARIS

Métro : Saint Germain des Prés

15 % d’élèves arriveraient au collège ne sachant ni lire ni écrire affirme le Haut Conseil de
l’Éducation.

« Les RASED seront maintenus et « stabilisés » au terme d’un travail au petit point… ».
(Le Monde du 12.11.07)

indique Xavier Darcos, ministre de l’Éducation Nationale.

Les aides spécialisées qui contribuent
à la lutte contre l'échec scolaire existent à l'Ecole


Les difficultés rencontrées par un grand nombre d'enfants à l'École, de la maternelle au collège,
constituent aujourd'hui, chacun le sait, une préoccupation majeure des pays européens. Echec
scolaire, tentation de la violence et risque de marginalisation vont souvent de pair.
L'École pour TOUS les enfants, en situation de handicap ou non, semble mise en difficulté.
Car l'École est interpellée de toutes parts, dans le cumul des tâches à accomplir. Répond-elle encore
aux attentes de la société, des familles

Les enseignants sont assignés à faire réussir tous les élèves et prennent la mesure de leur tâche.
L'écart se creuse entre la définition de leurs missions et les effets de leur enseignement pour un
certain nombre d'élèves : la situation devient de plus en plus critique.
Et ce qui n’est pas réglé pour ces enfants à l'école s'exacerbe pour atteindre le seuil de l'intolérable
au collège.

- Prend-on suffisamment en compte la souffrance de ces enfants qui "ne réussissent pas" ?
- Se représente-t-on à quel point le fonctionnement du groupe classe peut être perturbé par les
difficultés de comportement rencontrées par certains enfants ?

- Mesure-t-on les difficultés et parfois le désarroi que cela provoque chez les enseignants ?
La
bonne volonté et le savoir-faire ne suffisent pas pour répondre aux situations multiples auxquelles
ils sont confrontés dans leur classe.

- Enfin, parle-t-on suffisamment de la souffrance des parents ? Le malaise des familles aggrave
l’incompréhension voire la rupture avec le monde de l’École.

Tout ceci est générateur de souffrance pour les adultes et les enfants au sein même de l'école.
Une réponse existe : les Réseaux d’Aides Spécialisés aux Elèves en Difficulté mis en place par
l’Education nationale depuis 1990 :

Quels élèves sont concernés et pour quoi faire ? Détour pédagogique, appétence scolaire ?
Quelles démarches d’aides nouvelles restent à construire ?

Comment rendre l'école "humanisante" en faisant du respect de l'enfant-sujet la valeur première et,
par là, lui permettre de réussir ?

Garants de la mise en synergie de leurs différents partenaires dans et hors l'École, les
rééducateurs proposent au quotidien des réponses pertinentes pour ces enfants qui ne sont pas
élèves.

Dans le souci permanent de reconnaître à tout enfant le droit fondamental à éprouver des difficultés
dans sa scolarité sans que celles-ci ne soient systématiquement médicalisées et renvoyées au monde
du Soin, dont on connaît par ailleurs l’état de préoccupante surcharge, il est désormais crucial que
ne soit pas uniquement prise en compte une simple vision technique voire comptable de la difficulté
scolaire et de ses lourdes conséquences, que d’autres pistes qui ont fait leur preuves soient enfin
reconnues, soutenues et amplifiées :

À l’École, l’enfant n’apprend pas seulement des savoirs, il apprend aussi à devenir un élève,
un citoyen de l’École. Et cet apprentissage qu’il faut réussir, on le sait, ne relève pas pour
certains enfants d’une aide strictement pédagogique, mais d’une aide rééducative, voire d’un
suivi psychologique.

Les rééducateurs de la FNAREN avec son Comité Scientifique et ses partenaires dans et hors
l'école témoignent de ce que le dispositif du RASED, avec ses trois fonctions, apporte comme
réponses originales et pertinentes au sein du système scolaire, depuis près de deux décennies.


Avec la participation de :
Jean BIARNES, Professeur de Sciences de l’Education à Paris XIII.
Daniel CALIN, Agrégé de philosophie, ancien professeur en sciences de l’éducation à l’Ecole
Normale d’Epinal, ancien professeur à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de Paris,
collège ASH.
Ivan DARRAULT-HARRIS, Docteur en sciences du langage, linguiste et sémioticien, professeur
des universités.
Jeannine DUVAL-HERAUDET, Docteur en sciences de l’éducation, rééducatrice de l’Education
nationale.
Jean-Jacques GUILLARME, Professeur à l’université René Descartes, Paris V, ancien directeur
de département AIS de l’IUFM de Paris, IEN-ASH.
Jean-Louis LE RUN, Pédopsychiatre.
Pierre TEIL, Agrégé de philosophie, psychanalyste, ancien directeur du CRFM AIS de Toulouse.
Dominique LUCIANI, Professeur de psychologie, ancienne responsable de formations des
rééducateurs à l’IUFM de Paris.
Maryse METRA, Rééducatrice de l’Education nationale, coordinatrice de formation des
rééducateurs à l’IUFM de Lyon.F.N.A.R.E.N. Campagne nationale 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne Weiller - dans Evènements
commenter cet article

commentaires